Politique

Sur les routes de l’opium

Le trafic d’héroïne à destination de l’Europe transite par la Turquie. Un passage que l’on croyait incontournable, avant que cette autoroute de la drogue soit concurrencée par des chemins de traverse. Moins directs mais beaucoup plus discrets.

La Turquie est devenue un lieu de transformation de l'opium en héroïne avant d'être expédié via Istanbul en Europe.

Plus de 8 000 tonnes, c’est la production annuelle d’opium estimée en Afghanistan. Soit 90% de la production mondiale. L’équivalent de 333 semi-remorques. Si une partie de cet opium semble directement transformé sur place, la route vers l’Ouest continue via l’Iran, le principal pays de passage pour rejoindre la Turquie. Lire la suite

Publicités

Pour le Parti des travailleurs turcs, il n’existe pas de génocide arménien

L’Işçi Partisi, ou Parti des travailleurs, est une formation politique nationaliste ultra-minoritaire en Turquie, qui n’a jamais dépassé 0,6 % aux élections ni eu de siège au Parlement. Comme le MHP, le Parti d’action nationaliste, il nie l’existence du génocide arménien.

« Le génocide arménien est un mensonge imperialiste ». 24 avril 2010. Avenue Istiklal, Istanbul.

La manifestation du 24 avril 2010 de l’IP n’a rassemblé qu’une cinquantaine de personnes dans l’avenue Istiklal, en plein centre ville d’Istanbul. Lire la suite

Première commémoration du génocide arménien à Istanbul

Pour la première fois, samedi 24 avril, sur la principale place d’Istanbul, un hommage a été rendu aux Arméniens massacrés en 1915.

Les Arméniens se recueillent sur la place Taksim : « Cette douleur est notre douleur, ce deuil est notre deuil à tous. » (Photo Sarah Lefèvre)

Le recueillement a eu lieu grâce à la protection des forces de l’ordre. Un événement inédit en Turquie où l’on récuse l’idée de génocide. Lire la suite